Juifs et athées

L’athéisme juif tire ses racines de la Haskala, l’équivalent de la révolution des Lumières. Il en partage les sentiments antireligieux et anticléricaux. Il fait référence aux Juifs laïcs qui ont choisi d’abandonner la croyance en Dieu, mais qui n’ont pas rejeté leur identité juive ou leur attachement au peuple juif.

plus sur wikipedia

Spinoza Le juif  « athée »

 »La revendication de Spinoza c’est la liberté d’être Juif, mais d’être Juif sans religion ou sans pratique de la religion » par Cyril Aslanov

Vidéo en français de 2 min

Plus sur Spinoza

YAAKOV MALKIN

 

 

Être Juif est fondamentalement une identité culturelle et non religieuse

Les écrits de YAAKOV MALKIN

se concentrent sur l’éthique humaniste et la préservation de la culture juive dans un contexte…    >>>

Les écrits de Yaakov Malkin se concentrent sur l’éthique humaniste et la préservation de la culture juive dans un contexte social où les interprétations littérales sur l’existence de Dieu s’estompent avec chaque génération. Malkin, et beaucoup d’autres, soutiennent qu’être un Juif est fondamentalement une identité culturelle, et non religieuse, et il plaisante souvent en disant qu’il est le descendant de plusieurs générations de Juifs pieux, puis il énumère plusieurs générations d’ancêtres qui étaient athées. Il affirme en outre que si la religiosité a été une partie essentielle de l’identité juive, la croyance réelle en un dieu a toujours été une question de friction, et que les Juifs l’admettent publiquement ou non, il affirme que la plupart des Juifs ont toujours compris que Dieu était une allégorie et ont vu le judaïsme comme une tradition d’importance culturelle – plutôt que religieuse. Compte tenu de cette réalité, Malkin soutient qu’une réflexion honnête sur ses propres croyances juives démontrera à soi-même qu’on est déjà un juif humaniste ou laïc.

Malkin perçoit le judaïsme comme une culture pluraliste, tant dans ses formes laïques que religieuses. Il affirme que le judaïsme est pluraliste depuis l’ère biblique, lorsque la culture du peuple juif était caractérisée par la croyance en de nombreux dieux, religions, rituels, croyances et opinions. À partir de l’époque hellénistique, le judaïsme a développé une variété de cultures, de croyances et d’opinions.

Contrairement aux érudits athées tels que Richard Dawkins, Christopher Hitchens et Sam Harris, qui considèrent l’athéisme comme l’absence de croyance, Malkin consacre ses écrits aux croyances humanistes partagées par la communauté non religieuse en Occident en général, et parmi le peuple juif en particulier. Malkin affirme qu’il n’y a pas de non-croyants, mais plutôt des gens qui expriment une variété de croyances dans leur vie quotidienne. Il peut s’agir de croyances religieuses, caractérisées par un engagement à suivre les chefs religieux qui prétendent parler au nom d’un dieu, ou de croyances non religieuses, qui comprennent la croyance en l’homme en tant que créateur de ses propres voies et comportements, que ce soit en tant qu’individu ou en société, dans le but d’atteindre le but de la vie humaine : le bonheur.

Dans ses livres « What do Secular Jews Believe ? », le judaïsme laïque : Faith, Values, and Spirituality, et The Atheist Belief of Secular Jews, Malkin exprime son point de vue sur la croyance humaniste en l’homme qui conduit à une prise de conscience nationale et à la croyance dans les droits de tous les peuples et de toutes les nations. Ces croyances conduisent à une réfutation des « religions pieuses » qui obligent le croyant à garder les règles de ses dirigeants, en particulier celles qui s’opposent aux valeurs de l’humanisme et de la justice universelle. Ces croyances anti-humanistes conduisent, entre autres, à l’acceptation de religions idéologiques laïques telles que le communisme et le nazisme, dans lesquelles les croyants sont également obligés d’obéir aux dirigeants, quel qu’en soit le prix.

Les croyances humanistes non religieuses comprennent les agnostiques comme Socrate, les déistes comme Épicure, les panthéistes comme Spinoza ou Albert Einstein, et les athées comme John Stuart Mill et Bertrand Russell, qui sont tous libres de tout engagement envers une religion ou une idéologie. Une forme contemporaine d’humanisme juif institutionnalisé est le judaïsme humaniste, auquel les œuvres de Malkin ont contribué et dans lequel la fille de Malkin, Sivan Maas, est rabbin. Ces croyances humanistes non religieuses s’opposent au relativisme postmoderne dans la mesure où elles se considèrent comme liées aux valeurs éthiques humanistes et aux valeurs de justice universelle telles qu’elles ont été formulées par Confucius et Hillel l’Ancien : « Ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas qu’on te fasse ». Ces valeurs de justice conduisent aux valeurs morales d’égalité, de liberté et de droits humains et nationaux.

traduit de Wiki (en anglais)

yaakovmalkin.com

 

Livres

livre athée et juif

 » Athée et juif, Fécondité d’un paradoxe apparent  » par  Jérôme Segal

Contrairement à une opinion commune, les termes « juif » et « athée » ne sont pas incompatibles. Sous la forme d’un essai tout à la fois argumenté et engagé, ce livre évoque la richesse de l’identité juive dès lors qu’elle s’émancipe du poids de la religion. Car il existe bien une identité juive culturelle, pluriséculaire, en perpétuelle évolution, libérée des dogmes religieux archaïques. A l’inévitable question « Qui est juif ? », l’auteur apporte une réponse éloquente : est juif qui se dit juif, quelles que soient ses raisons, culturelles, familiales ou philosophiques.
Clairement distinguée du judaïsme, la judaïté – la diversité des manières d’être juif – devient alors passionnante. Pour beaucoup, elle se vit sous la forme d’une solidarité essentielle, contribuant à la mise en place d’un nouvel humanisme dont l’Union générale des travailleurs juifs de Lituanie, de Pologne et de Russie – le Bund – en fut, à la fin du XIXe siècle, un précurseur héroïque. Cet humanisme s’inscrit dans un mouvement séculaire de désaliénation vis-à-vis du religieux, dont Spinoza fut l’un des premiers acteurs, préfigurant en cela le siècle des Lumières. Pour d’autres encore, judaïté rime avec cosmopolitisme et modernité – c’est pré­ci­sément pourquoi l’historien Yuri Slezkine put nommer le siècle dernier le « siècle juif », au sens d’une identité universellement partageable car non exceptionnaliste et non essentialiste, par conséquent non hégémonique.
Dans une époque marquée par un déchaînement xénophobe et l’essor des commu­nau­ta­rismes, l’approche prônée par Jérôme Segal est salutaire : un appel à se délivrer des identités turbides et rigides, afin d’endosser des identités fluides et évolutives, libératrices. Cet essai peut ainsi se lire comme une invitation à des développements similaires, et à des rapprochements, dans d’autres milieux, no­tamment musulmans.

Critiques et disponibilité sur Amazon

Revue de presse du livre « Athée et juif, Fécondité d’un paradoxe apparent » de  Jérôme Segal

Peut-on à la fois être Juif et athée ? Être Juif est-il seulement une question de religion ? Dans cet essai, Jérôme Segal, maître de conférences à Paris IV, aborde la question de front, distinguant le judaïsme – la religion – et la judéité, qu’il préfère nommer « judaïté », le lien non religieux – qu’il soit culturel, philosophique ou familial – qui fait qu’une personne se dise juive. Segal n’hésite pas à aborder les questions sensibles : transmission matrilinéaire, circoncision, abattage rituel, solidarité inconditionnelle avec l’État d’Israël. Il expose ses prises de positions et ses engagements qui l’ont souvent opposé aux représentants officiels de la communauté juive de Vienne, sa ville de résidence. Le propos est argumenté, les références intellectuelles et historiques montrent comment la question de la nature de l’identité juive a traversé l’Europe dès le XIXsiècle, faisant suite à l’émancipation. Militantisme diasporique politique du Bund, solidarité et engagement dans des combats de justice – pour les Roms, dans le champ social ou encore pour la cause animale –, ou encore création artistique, l’identité juive « libérée du religieux » peut alors, selon l’auteur, s’investir dans l’universel. Ainsi, « judaïté, modernité et cosmopolitisme forment un ensemble de valeurs intimement liées ». Plaidoyer pour une définition athée de l’identité juive, cet ouvrage permet de mieux appréhender sa complexité et participe ainsi à l’éternelle question : qui est Juif ?

Source: Etudes, revue de culture contemporaine

llivre secular jewish culture

« Culture juive laïque  » par Yaakov Malkin     (« Secular Jewish Culture »)

La culture juive laïque s’inscrit dans la tradition de trois siècles de pensée juive laïque. Ses racines se trouvent dans les travaux de Maïmonide et d’autres penseurs juifs, suivis par Spinoza, qui a entamé le processus de sécularisation. Les juifs laïcs croient-ils ? Une culture juive laïque définit la majorité des Juifs en Israël et dans le monde. Depuis l’intégration des Juifs dans les sociétés démocratiques occidentales, les Juifs ont subi de profonds changements dans leur mode de vie et dans la façon dont ils ont choisi d’élever leurs enfants. Le nouveau système de pensée de l’ère moderne – laïque, humaniste et basé sur le choix individuel plutôt que sur des ordres rabbiniques prescrits – n’est pas un système d’incrédulité, mais plutôt un système de croyances d’un autre genre. Les auteurs qui participent au présent volume, tels que Amos Oz, Rachel Elior, A.B. Yehoshua, Haim Be’er, Yeshyahu Leibovitz, Felice Pazner-Makin, Haim Cohen, Yehuda Bauer et Amos Funkenstein, axent leur discussion sur les origines et l’évolution de la pensée juive laïque et sur ses croyances prédominantes.
La culture juive est une tapisserie d’éléments ethniques, religieux et laïques divers, une tapisserie partagée comme un terrain d’entente par les juifs laïques et religieux. La plupart des personnes qui se définissent comme juives partagent un héritage culturel et historique commun enraciné dans la Bible ; elles considèrent la Terre d’Israël comme le lieu de naissance du peuple juif ; elles reconnaissent la langue hébraïque comme une langue nationale qui a laissé son empreinte sur toutes les autres langues juives ; et elles comprennent (quelle que soit leur politique) que la fondation de l’État juif, Israël, au milieu du XXe siècle a constitué un tournant dans l’histoire du peuple juif. (Livre en anglais)

Critiques et livre disponible sur Amazon

livre judaism without god

 

« Judaïsme sans dieu » par Yaakov Malkin  (« Judaism without God »)

 

Ce livre présente une toute nouvelle perspective sur le judaïsme en tant que culture plutôt que comme religion. Selon Malkin, le monothéisme a évolué lentement au fil du temps et  le judaïsme n’a jamais été totalement libéré de tendances anciennes polythéistes ou même athées.

Une considération réfléchie du judaïsme séculier. Une lecture facile et certainement indispensable  dans une bibliothèque juive, humaniste ou laïque. (Livre en anglais)

Critiques et livre disponible sur Amazon