Livres antimatérialistes ou athéophobes …..

 

Il y a des centaines  de livres religieux  basés sur des dogmes ou des théologies et sans recours à des preuves scientifiques pour démontrer l’existence d’un dieu. La foi suffit, point final.
Mais d’autres  livres essayent de s’appuyer sur  la science, essentiellement la physique quantique, pour  démontrer l’existence d’un créateur ou d’une intelligence supérieure. En voici quelques-uns:
livre dieu la science les preuves

« Dieu – La science Les preuves » par Michel-Yves Bolloré et Olivier Bonnassies

Pendant près de quatre siècles, de Copernic à Freud en passant par Galilée et Darwin, les découvertes scientifiques se sont accumulées de façon spectaculaire, donnant l’impression qu’il était possible d’expliquer l’Univers sans avoir besoin de recourir à un dieu créateur. Et c’est ainsi qu’au début du XXe siècle, le matérialisme triomphait intellectuellement.

De façon aussi imprévue qu’étonnante, le balancier de la science est reparti dans l’autre sens, avec une force incroyable. Les découvertes de la Relativité, de la mécanique quantique, de l’expansion de l’Univers, de sa mort thermique, du Big Bang, du réglage fin de l’Univers ou de la complexité du vivant, se sont succédées.

Ces connaissances nouvelles sont venues dynamiter les certitudes ancrées dans l’esprit collectif du XXe siècle, au point que l’on peut dire aujourd’hui que le matérialisme, qui n’a jamais été qu’une croyance comme une autre, est en passe de devenir une croyance irrationnelle.

Dans une langue accessible à tous, les auteurs de ce livre retracent de façon passionnante l’histoire de ces avancées et offrent un panorama rigoureux des nouvelles preuves de l’existence de Dieu. À l’orée du XXe siècle, croire en un dieu créateur semblait s’opposer à la science. Aujourd’hui, ne serait-ce pas le contraire ?

Une invitation à la réflexion et au débat.

Critiques et  disponibilité sur Amazon

livre la vie après la mort

« La vie après la mort: pourquoi il faut y croire : Les preuves scientifiques pour la survie de la conscience  » par Olivier Chambon et Marie-OdileRiffard

Et si la mort n’était pas la fin ?

De manière simple et accessible, Olivier Chambon et Marie-Odile Riffard ont rassemblé dans cet ouvrage 45 années d’études scienti ques ainsi que de très nombreux témoignages sur la vie après la mort.
Expériences de mort imminente, sorties de corps, contact avec les défunts, vies antérieures… Ils dressent pour la première fois un tableau complet de ces expériences aux frontières de la mort et répondent de façon claire et pédagogique aux arguments de tous ceux qui doutent encore.
Pour les auteurs, il n’est plus possible de nier l’évidence : la conscience individuelle est indépendante du cerveau et survit à la mort de celui-ci. Rassurant et porteur d’espoir, ce texte passionnant, loin des fantômes et de l’ésotérisme, bousculera nos convictions et transformera notre vision de la mort, du monde et de la vie.

« Le matérialisme est obsolète, ce livre le démontre. Les auteurs nous invitent avec audace à réfléchir aux implications vertigineuses de cette révolution. » Stéphane Allix

Olivier Chambon est médecin, psychiatre-psychothérapeute. Il est auteur de nombreux livres sur les psychothérapies, les états modifés de conscience, les expériences autour de la mort, et collabore régulièrement avec l’INREES.
Marie-Odile Riffard est psychologue clinicienne et psychothérapeute.

Critiques et disponibilité sur Amazon

livre le visage de dieu

« Le visage de dieu » par Igor et Grichka Bogdanov

Ce jour marque l’exploit du Dr George Smoot, un astrophysicien américain encore inconnu à l’époque. Après plus de quinze ans d’efforts acharnés, le savant stupéfie la Société américaine de physique : grâce au satellite COBE, il a réussi à prendre des photographies de la naissance de l’Univers, tel qu’il a émergé des ténèbres cosmiques, tout juste 380 000 ans après le Big-Bang ! « C’est là découverte la plus importante du siècle, peut-être même de tous les temps !  » s’exclame le célèbre physicien théoricien Stephen Hawking. Au comble de l’enthousiasme face à la découverte de ce « bébé-Univers », Smoot apostrophe les astronomes encore sous le choc : « C’est comme regarder le visage de Dieu !  » . Mais quel est donc le fabuleux secret qui se cache dans cette toute première image de l’Univers ? Pourquoi Smoot y a-t-il vu le visage de Dieu ? Grâce au satellite Planck, lancé le 14 mai 2009, on s’approchera plus que jamais de ce mystère suprême : l’instant même de la création.

Critiques et  disponibilité sur Amazon ‘édition 2019)

Ancienne édition de 2011

livre la dernière superstition

« La dernière superstition: Une réfutation du nouvel athéisme » par Edward Feser

La thèse centrale du «Nouvel athéisme» de Richard Dawkins, Daniel Dennett, Sam Harris et Christopher Hitchens est qu’il y a eu pendant plusieurs siècles une guerre entre la science et la religion, guerre que la religion n’a cessé de perdre, et qu’à cette heure de l’histoire de l’humanité une vision totalement athée du monde a été confirmée de façon si convaincante qu’il n’y a plus aucune raison qu’une personne rationnelle et éduquée pût trouver les prétentions d’une quelconque religion dignes d’intérêt.Cependant, fait remarquer Edward Feser dans La dernière superstition, il n’y a en fait, et n’y eut jamais, de guerre entre la science et la religion. Bien au contraire, il s’agit d’un long conflit entre deux conceptions entièrement philosophiques de l’ordre naturel : d’une part, la vision «téléologique» classique de Platon, Aristote, Augustin et Thomas d’Aquin, selon laquelle le but ou la finalité est une caractéristique aussi inhérente au monde physique que la masse ou la charge électrique; de l’autre, la vision «mécanique» moderne de Descartes, Hobbes, Locke et Hume, selon laquelle le monde physique n’est constitué que de particules en mouvement sans but ni signification. Ainsi, dans la conception téléologique classique, l’existence de Dieu, l’immortalité de l’âme et la conception de la morale selon la loi naturelle sont rationnellement inévitables. C’est pourquoi l’athéisme et le laïcisme modernes ont toujours crucialement reposé, pour leur crédibilité rationnelle, sur l’insinuation que l’image moderne et mécanique du monde a en quelque sorte été établie par la science. Or, cette moderne image «mécanique» n’a jamais été établie par la science et ne peut l’être, car il ne s’agit pas au départ d’une théorie scientifique, mais simplement d’une interprétation philosophique de la science. De plus, comme le montre Feser, les arguments philosophiques en faveur de la vision moderne, donnés par les premiers philosophes modernes, n’étaient remarquables que par leur étonnante faiblesse. Les véritables raisons de sa popularité étaient alors, et le sont encore aujourd’hui, essentiellement politiques : c’était un outil susceptible de saper les fondements intellectuels de l’autorité ecclésiastique et d’ouvrir la voie à un nouvel ordre social laïciste et libéral, orienté vers le commerce et la technologie. Afin de promouvoir ces objectifs politiques, il fut simplement décrété qu’aucune théorie contredisant l’image mécanique du monde ne pouvait être considérée comme «scientifique». Avec le passage des siècles et l’obscurcissement de la mémoire historique, cet acte de proclamation dogmatique a fini par être considéré à tort comme une «découverte».Cependant, non seulement cette image philosophique moderne n’est pas rationnellement fondée, elle est manifestement erronée. En effet, la conception «mécanique» du monde naturel, lorsqu’elle est développée de manière cohérente, implique absurdement que la rationalité, et même l’esprit humain lui-même, est illusoire. La prétendue «vision scientifique du monde» défendue par les Nouveaux athées sape donc inévitablement ses propres fondements rationnels; et par-dessus le marché (et contrairement à la position moralisatrice des Nouveaux athées), elle sape également les fondements de toute morale possible. En revanche, comme le démontre La Dernière Superstition, l’image téléologique classique de la nature peut être considérée comme étant fortement confirmée par les développements de la philosophie, de la biologie et de la physique contemporaines; en outre, la morale et la raison elle-même ne peuvent être comprises indépendamment d’elle. La vision téléologique des anciens et des médiévaux est ainsi rationnellement vengée – et avec elle la vision religieuse du monde qu’ils ont fondée sur elle.

Disponibilité et critiques sur Amazon

livre notre existence a t elle un sens

« Notre existence a-t-elle un sens ? « , par Jean Staune

Ce livre révèle une révolution dans la conception du monde et de la vie. Une révolution déjà accomplie dans des secteurs décisifs de la recherche scientifique mais niée par d’autres, donc ignorée par l’opinion. Il explore la nature de l’être humain et du monde qui l’entoure, à la lumière des connaissances scientifiques les plus récentes, décrites de façon accessible à tous.

 » Il reste de profondes questions à résoudre en science. Beaucoup d’entre elles ont d’importantes implications pour la nature et le sens de la vie. Jean Staune en a une profonde connaissance et la façon dont il les analyse est fascinante. « Charles Townes, Prix Nobel de physique, inventeur du laser.

Jean Staune nous fait voyager à travers l’infiniment petit et l’infiniment grand, les sciences de la vie et les sciences de la conscience. Un parcours fascinant qui nous amène à une incroyable conclusion : la vision classique que nous avons aujourd’hui de l’homme et du monde est aussi inexacte que pouvait l’être au Moyen Âge celle d’un Univers de petite dimension dont la Terre occupait le centre !
La vision nouvelle issue de cette synthèse nous décrit un monde ouvert sur d’autres niveaux de réalité, où notre conscience ne se résumerait pas à l’activité de nos neurones, où la vie serait inscrite dans les lois de l’Univers. De telles découvertes, qui selon de nombreux scientifiques permettent un  » réenchantement du monde « , ont de très grandes implications philosophiques et sociétales. Parmi celles-ci, la possibilité d’un rapprochement, après des siècles de séparation, de nos connaissances rationnelles et des intuitions des grandes traditions religieuses, pour contribuer à donner aux hommes du XXIe siècle une vision unifiée et cohérente du monde.

Critiques et  disponibilité sur Amazon

Jean Staune (Wikipedia)

 

livre pour en finir avec les superstitions de l athéisme moderne

« Pour en finir avec les superstitions de l’athéisme » par Dawud Salman

 

 

Superstitions de l’athéisme ? deux termes plutôt antinomiques. La lecture de ce livre anti athéisme va renforcer votre athéisme!

 

Disponibilité et critiques sur Amazon

livre Blasting the Foundations of Atheism

« Déconstruction des fondements de l’athéisme : sa pseudo-science et sa pseudo-raison : Réponses à l’ouvrage de Richard Dawkins (The God Delusion)? « , par Abul Feda’ Ibn Mass’oud

Blasting the Foundations of Atheism : Its Pseudoscience and Pseudo-reason: Answering Richard Dawkins’ (The God Delusion)

L’auteur dit avancer des arguments pour détruire efficacement les fondements de tout athéisme. Mais aucune critique ni analyse de ce livre et de ses arguments proclamés ne sont connus à ce jour. Selon l’auteur, l’athéisme doit être considéré comme un état psychologique, et la thèse centrale de l’athéisme serait   aussi ridicule que ce que démontre le titre même du livre de Dawkins (L’illusion de dieu). il offrirait au lecteur un  aperçu de la « psyché » et du « raisonnement » d’un athée militant qui prétend être arrivé à la quasi-certitude que Dieu n’est qu’une illusion !

L’auteur propose ce livre en anglais gratuitement sur Internet ou en version papier sur:

Critiques et  disponibilité sur Amazon