Nietzsche

 

Philosophe allemand issu d’une famille de pasteurs. Après avoir renoncé à la carrière de pasteur, Friedrich Nietzsche étudie la philologie et s’intéresse à Arthur Schopenhauer. Il devient professeur de philosophie en 1869 à l’université de Bâle, mais il doit s’arrêter d’enseigner en 1879 pour raisons de santé. Nietzsche se lie d’amitié avec Richard Wagner avec lequel il finira par se brouiller.

Sa pensée philosophique est portée par la passion, au risque de parfois s’égarer. Elle ne s’embarrasse pas de théories ou de systèmes démontrés. Le principe de sa philosophie est l’enthousiasme de la vie et sa morale une critique des idées chrétiennes de pitié et de résignation. Pour Nietzsche, la « morale d’esclaves » chrétienne place l’homme dans un état d’infériorité, et en fait une vertu ; cette morale doit céder sa place à la « morale des maîtres » (Par delà le bien et le mal, 1886).

En déclarant « Dieu est mort » dans « Ainsi parlait Zarathoustra » (1883), Nietzsche considère la religion comme un alibi devant la faiblesse humaine et le malheur. Il fustige la morale ascétique des Eglises et rejette Dieu que l’homme a inventé pour contraindre l’humanité à la résignation. Mais Dieu étant mort, l’homme aliéné se libère du fardeau de la transcendance divine et de ses exigences morales et métaphysiques. Nietzsche constate cependant que l’homme, qui a tué Dieu, n’en a pas tiré toutes les conséquences en se contentant de transformer le christianisme en humanisme ou en se tournant vers un athéisme religieux.

L’oeuvre de Nietzsche est une lutte pour la sauvegarde de l’homme devant le danger de la faiblesse et du nihilisme de la culture occidentale, produit par le christianisme qui détruit la vie en voulant la sauver. L’effort permanent pour surmonter le pessimisme doit transformer l’homme en « surhomme », être exceptionnel, libre de toute servitude, qui saura assumer sa finitude. Par sa finesse d’analyse psychologique, Nietzsche peut être considéré comme un précurseur de Freud.

A partir de 1879, sa santé ne lui permet plus de travailler. Nietzsche vit seul et mène une vie d’errance en Italie et dans les Alpes où il trouve l’inspiration pour ses dernières œuvres. Il sombre dans la démence à partir de 1890. Après sa mort, ses propos, notamment dans « La Volonté de puissance », sont déformés par sa sœur, qui voudrait y faire apparaître, à tort, des prémices aux idées du national-socialisme.

Source: atheisme.free.fr

Wikipedia: Nietzsche

photo nietzsche

Conférence de Damien Darcis (UMONS) sur l’athéisme de Nietzsche proposée par  l’Association Belge des Athées (ABA)  (durée 1h20mn)

livre dictionnaire nietzsche

Dictionnaire Nietzsche (Français)

 » Les mots et les concepts, écrivait Nietzsche en 1879, nous induisent continuellement à penser les choses plus simples qu’elles ne sont.  » Conscients de cette mise en garde et du danger qu’il y a à prendre les mots pour des choses, les auteurs de ce Dictionnaire ont suivi un fil d’Ariane dans le labyrinthe de la pensée nietzschéenne : toute interprétation doit être elle-même interprétée, toute valeur doit à son tour être évaluée, avec ce sens de la nuance et cet  » art de bien lire  » recommandés par le philosophe-philologue, qui était aussi artiste et médecin.
Ce Dictionnaire Nietzsche, le premier d’une telle ampleur, fait pénétrer le lecteur dans le monde de la volonté de puissance, du surhumain et de l’éternel retour, dans l’univers de la tragédie et du gai savoir, dans la généalogie  » humaine, trop humaine  » des passions, des croyances, des idéaux et de la vérité elle-même. Il évoque aussi les adversaires et les alliés, les livres et les lieux, les arts et les sciences qui ont inspiré Nietzsche, reconstituant de proche en proche sa vie et son oeuvre. Ce Dictionnaire témoigne de l’inépuisable créativité du philosophe, esprit libre et solitaire, critique sans concession du passé et du présent, penseur intempestif d’une philosophie de l’avenir dont les remèdes, parfois radicaux mais le plus souvent extrêmement subtils, n’ont pas fini de nous solliciter et de mettre à l’épreuve nos manières de penser.
Plus de trente spécialistes de Nietzsche, français et internationaux, ont contribué à ce Dictionnaire qui non seulement cristallise l’état présent des recherches mais indique aussi des directions pour leur évolution future. Accessible à différents niveaux, il s’adresse à tout lecteur curieux, qu’il soit familier ou non de Nietzsche et de la philosophie, en lui offrant des points de repère et des analyses approfondies pour découvrir l’une des pensées les plus déterminantes de l’époque moderne et contemporaine.

Critiques et disponibilité sur Amazon