photo socrate 2

Socrate, premier exécuté pour athéisme

Socrate est un philosophe grec et un des créateurs de la philosophie morale. Un procès pour impiété lui fut intenté, les chefs d’accusation étant de : « ne pas reconnaître les mêmes dieux que l’État, […] introduire des divinités nouvelles et […] corrompre la jeunesse ». La question s’est posée de savoir ce qu’on reprochait exactement à Socrate : être athée, donc de ne pas croire tout court aux dieux, ou être impie, c’est-à-dire de ne pas honorer les dieux d’Athènes. Il fut condamné à la peine de mort.

Socrate , illustre  philosophe grec

 

Socrate est considéré comme le père de la maïeutique qui en philosophie, désigne l’interrogation sur les connaissances ; Socrate (dont la mère, Phénarète, était sage-femme) parlait de « l’art de faire accoucher les esprits, l’art de l’accouchement. Maïa, était un personnage de la mythologie grecque qui veillait aux accouchements Dans le cas de Socrate, c’est l’art de faire découvrir à l’élève, à l’interlocuteur le raisonnement, la critique qui l’amèneront au plus près de la réponse, à la question posée, lorsque le savoir existe, ou, à l’inverse de faire toucher du doigt son ignorance à l’élève qui croyait savoir.

L’idée que cette approche philosophique lui ait été inspiré par une mère sage-femme pourrait être une invention de Platon (disciple et principal relais des idées de Socrate) qui un peu comme Voltaire baptisant Meslier de déiste pour sa propre convenance, Platon, qui a semble-t-il souvent mis dans l’esprit de Socrate des idées que Socrate n’aurait sans doute pas approuvé.

Le procès qui le condamnera à boire la ciguë jusqu’à la mort est argumenté par le fait que ses dieux ne sont pas ceux reconnus par Athènes, de plus les dieux ne peuvent faire que le bien, ils ne sont donc pas omnipotents. Il est probable que son désaccord profond avec les sophistes, son mode de vie, furent l’étoupe qui servit à allumer la mèche. Platon lui fait dire au jugement de son procès : ils disent savoir alors que moi je sais que je ne sais pas, je suis le plus savant.

Mourant il dit à son ami Criton, nous devons un coq à Asclépios-Esculape (dieu guérisseur). Selon Nietzsche, cette dernière phrase signifie que Socrate veut remercier ce dieu qui l’a guéri de la vie.

Wikipedia: Socrate